lundi 6 juin 2016

La culture...

... c'est quand même pas compliqué ! Y'a même pas besoin de tartiner !

Je ne comprends pas les gamins qui, en CM2, ne connaissent pas le Petit Chaperon Rouge, la Petite Sirène et autres classiques. Je n'ai rien fait de spécial avec mon Bibi, depuis 4 ans (oui, bon, à part lui mettre des livres dans les mains, ok, pardon. J'assume.) On raconte une histoire tous les soirs, et on lui laisse des livres à dispo quand il veut. Rien de bien compliqué, donc. On ne lui apprend rien, on n'essaie pas de lui faire rentrer des trucs dans la tête, on ne lui bourre pas le crâne,...

Et ce soir, à table (dehors, ô miracle ! Je ne pensais pas que ça arriverait un jour ! Partie à l'école ce matin avec le blouson d'hiver, et manger le soir sur la terrasse en t-shirt manches courtes.... (Mais laissons, c'est un autre sujet.)), un corbeau passe en croassant au dessus de nous, et mon Bibi me demande ce que c'est comme oiseau.
- C'est un corbeau.
- Ah oui, je sais. Et ça mange du fromage, les corbeaux !
- ...
- Bah quoi ?
- Pourquoi tu dis ça ?
- Ben c'est comme dans l'histoire avec le corbeau qui est sur un arbre avec un fromage dans la bouche !

Et, toc ! Prends ça, CM2 qui n'a jamais entendu parler de La Cigale et la Fourmi !

(Oui, je sais, je suis en rogne après mes CM2 en ce moment. L'esprit collège me sort par les trous de nez !...)

lundi 23 mai 2016

Où vont-ils chercher ça ?

En direct live de jeudi après-midi (ouais bon en léger différé, mais alors vraiment très léger...).

Séance de géographie sur les paysages urbains. On récapitule tout ce qu'on vient de dire pendant une heure, et là, je pose la question fatale :

- Où vont les citadins pour se cultiver ?

J'ai déjà eu beaucoup de mal avec cette question pendant la séance, "se cultiver" revenant chez mes élèves à se transformer en céréales et à pousser dans un champ, pour faire simple, mais là... On avait utilisé un document montrant une maison de la culture (non, non, ne me demandez pas d'expliquer ce qu'est pour eux une maison de la culture, je n'en peux plus !), et voilà la réponse :

...
- Euh... une maison close !

...

Ils n'ont pas compris pourquoi j'ai explosé de rire. C'est déjà ça de gagné.

jeudi 14 avril 2016

Maman à la librairie

J'ai eu mon grand moment de fierté de la journée : je suis allée dans une librairie avec mes deux enfants.

J'aillais y chercher Les mains de papa, d'Emile Jadoul.


C'est le premier livre que le Père Noël (ben oui sait-on jamais, un jour il saura lire et s'il traine par là avant de découvrir le truc... hum...) a apporté à mon Bibi, quand il avait 7 mois. On l'a lu je ne sais pas combien de fois, il l'adorait. Et il l'apprécie toujours autant. Quand on le raconte à sa petite soeur, il rapplique vite fait pour écouter, ou lui lire (réciter) comme un grand frère. Quant à la Ptite Poulette (oui, je sais, ça fait tellement longtemps que je n'ai pas écrit ici, qu'entre temps elle a changé de surnom. Ça a été Mini Miss quand elle était toute petite, disons les 3 ou 4 premiers mois. Mais elle est vite devenue Ma Ptite Poulette. Adorée. D'amour. Que j'aime de tant (Ça c'est la façon de notre Bibi de dire "Je t'aime tant" : "Maman, je t'aime d'amour, de tant, et pis beaucoup d'amour et de tant !" Si c'est pas une preuve d'amour, ça ?!).), ma Ptite Poulette, donc, elle l'adore aussi. Il arrive parfois qu'on la retrouve confortablement installée dans son Doomoo, Les mains de papa dans les mains, et vas-y que je te tourne les pages et que je te raconte ce que je vois (dans une langue incompréhensible (une sorte de japonais avec un accent de je ne sais où), mais c'est pas grave), c'est trop chou !

Donc, tout ça pour dire (c'est plus long que mon dernier post, fichtre ! Ce serait pas les vacances ? :p Profitez-en, après j'enquille pour 11 longues semaines (et demie) la tête sous l'eau avant les grandes vacances...) que j'allais chercher ce livre pour le bébé d'une amie qui vient de naître. Je pense que c'est un bon choix. Ici, ça a marché à 100% en tout cas.

Mais revenons-en à nos moutons et à ma grande fierté. Je suis donc allée en librairie avec mes deux arsouilles. Et là... Mon Bibi qui commence à s'approcher des livres, en faisant bien attention de ne pas les abîmer (je t'aime, mon fils !), et à me montrer tout ce qu'il voit :


"Oh, regarde, maman, un nouveau "Victor Qui Pète" ! Je le veux, je le veux !"


"Whaou ! Regarde, y'a Blaise ! Y'en a plein !" - Je viens de lui faire découvrir la semaine dernière Blaise et le château d'Anne Hiversère. Il a adoré. A chaque page, on a passé plus de dix minutes, à observer les illustrations, à chercher Blaise, le poussin au champignon, celui qui fait la grimace,... Du coup, je crois qu'il est devenu fan de Blaise. Et ça, ça me plait !


"Oh, et ça, on dirait le loup de Patatras !"

Pas encore 4 ans, et déjà capable de faire le lien entre les livres des auteurs qu'il connait. Ça me plait, ça me plait !

Et mademoiselle n'a pas été en reste... Je l'avais en écharpe, pour aller de la voiture à la librairie. Mais arrivés près des albums, il n'y a plus eu moyen. Elle n'a fait que se raidir pour sortir de là jusqu'à ce que je la pose par terre. Et là, elle n'a plus lâché les livres, se promenant d'un rayon à l'autre, toujours un livre à la main. Jusqu'à ce qu'elle tombe sur :


Je l'ai ouvert, je lui ai lu les deux premières pages, et là, elle m'a regardé, et m'a fait un grand sourire qui voulait dire : "Oh mais je le connais, ce livre, maman ! Tu me le racontes à la maison !" Je t'aime, ma fille !

Comment ne pas fondre de fierté, hein ? 

jeudi 14 janvier 2016

Il neige !

:-) :-) :-)
C'est tout !
:-) :-) :-)

dimanche 27 décembre 2015

Les pros du ménage

Bon, alors, ok, ça fait un peu feignasse. Avant mon Bibi, je m'en sortais, j'arrivais à peu près à repasser régulièrement mon linge. Mais depuis qu'il a à peu près un an, on a décidé d'arrêter, par faute de temps. Le linge passe du séchoir au pliage et à l'armoire. Et si vraiment on doit avoir un truc nickel, on le repasse. Avec Mini Miss, on n'arrive plus toujours à plier toutes les lessives dès qu'elles sont faites, un gros tas de linge s'accumule jusqu'au week-end (au mieux), donc, bon... On n'est pas prêt de retrouver du temps pour s'en occuper.

Bref. Ce matin, puisqu'on faisait notre troisième repas de Noël (oui oui, c'était le dernier !), j'ai repassé les robes et autres chemises. Mon Bibi est arrivé, m'a regardé, a regardé le fer à repasser, et m'a demandé :
- C'est au monsieur, le truc là ? (Le monsieur, c'est l'ancien propriétaire de notre maison, qui nous a laissé par-ci par-là quelques trucs, du genre une pelle, une balayette...).
Bon, ben... je me suis sentie honteuse...
- Non, c'est à nous, c'est notre fer à repasser.
- Ah. Et on l'avait déjà quand on habitait à Forcelles ?
- Euh... Oui. On l'avait aussi quand on habitait à Longuyon et quand j'habitais à Nancy avec papa.
- Ah ben je l'avais jamais vu moi !

Voilà voilà voilà...